Johnny Thunders & the Heartbreakers

Page 2 sur 2 Précédent  1, 2

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Aimez-vous Johnny Thunders?

60% 60% 
[ 6 ]
40% 40% 
[ 4 ]
 
Total des votes : 10

Re: Johnny Thunders & the Heartbreakers

Message  Yves Gitton le Dim 4 Fév - 19:54

johnny99 a écrit:au moins il ne laisse personne indifférent, et, comme tu le dis, c'est un peu comme un ami, parfois il nous étonne, et à d'autres moments il nous attriste.

D'où l'attachement et cette espèce de compassion, mélée de conseils, comme à un pote malade qu'on aimerait voir fringuant, et à qui on dit tout simplement "bouge toi, tu vaut bien mieux que ça".


Au fond, toutes ces remarques de bourgeois que tu déplores ce n'est rien d'autre que de l'affection, parce qu'on ne sait plus quoi faire ni dire pour retrouver le riffeur de personnality crisis ou born to lose. (je n'ai pas choisi ces titres par hasard...)

thumleft

Yves Gitton
Langue pendue

Nombre de messages : 961
Localisation : OISE
Date d'inscription : 02/06/2005

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Johnny Thunders & the Heartbreakers

Message  fireball le Dim 4 Fév - 22:06

Lee Harvey Oswald a écrit:Sans surprise j'ai voté contre.

Pour les mecs qui portent au pinacle ce disque, hé ça va sortez un peu de la torpeur de vos 15 ans en 77...
On est là pour parler de la valeur musicale d'un disque, pas d'une mythologie surranée...

Et cet album c'est quoi ? Rien que du vide, des rythmes, une guitare qui essaie très maladroitement de repomper les accords de Chuck Berry dans un contexte crassouilleux (meme les Beach Boys circa 62 y arrivaient mille fois mieux), bref quelques suites d'accords à la gratte, des lignes de basse, du n'importe quoi, rien que de l'agitation vaine...
Trop défoncés et sans aucun talent musical pour créer sinon des mélodies, du moins donner un peu d'ampleur à leurs morceaux...

Pourquoi ces mecs ont ils fait de la musique ?

Heureusement que tout de suite après sont apparus tous ces merveilleux groupes de post punks pour désinfecter tout ça...Tous les Pere Ubu, Public Image Limited, The Fall, This Heat, les Stockolm Monsters, Wire, etc et leurs propositions musicales magnifiques.

Le vrai dandysme punk ? Peter Perrett, le leader des Only Ones, authentique songwriter et vrai musicien lui, comme par hasard qui n'a jamais voulu se mouiller avec les autres punks et se tournait déja en 77 vers les glorieuses années 60 (notamment avec une fixation pour le Bob Dylan et son Blonde On Blonde).

Aujourd'hui, Johnny Thunders n'est cité comme référence par aucun groupes anglo-saxons ou américains...Meme Pete Doherty dans ses interviews ne jure que par Mark E. Smith et Burt Bacharah.
...désinfecter?! Désinfecter quoi?! Tu n'aimes pas Thunders, c'est ton droit, mais "désinfecter" (très à la mode, non?) comme argument de démontage, c'est un peu limite...!
Toujours est-il que Thunders, malgré une production ponctuée d'albums gauches, bâclés, maladroits ou ratés, nous a tout de même laissé en héritage quelques joyaux binaires bien jouissifs. Et là, je ne te parle pas de torpeur de mes 15 balais en 77, mais de mes 15 balais en 73! En compagnie de Johansen et de Sylvain Sylvain, ce mec a quand même gravé (et composé) l'un des plus formidables albums de vrai Rock'n'Roll(l'album éponyme des poupées du Bronx)! Ravagé par des riffs comme Keith Richards n'en a jamais craché et lacéré par des chorus dantesques, cet album (avec Thunders, donc!) est, que tu le veuilles ou non, resté une référence absolue pour tous les punks (et assimilés..) qui suivirent; des Pistols (et donc de PIL) aux Clash en passant par Sham 69 et autres Pere Ubu!
De plus, à l'écoute de son album le plus abouti, "So alone" en 78, dire que ce mec n'a aucun talent d'artificier et de mélodiste, c'est à pisser de rire...ou de honte! "Ask me no questions", daddy rollin stone", "London boy" ou "downtown" suffisent à démonter le moindre de tes arguments....sans commentaires, donc!
J'ai lu que tu accusais Thunders d'avoir entraîné un tas de gosses dans le sillage de l'héro, ok, mais alors, plus de la moitié des musicos de la première tranches des seventies sont co-responsables! De toutes façons, Thunders reste, avant tout, une victime de la came, au même titre que tous les gamins qui le suivirent...
Et, pour en finir avec ces conneries, tu te demandes ce que fait ce mec dans le monde de la musique...tu te poses certainement la même question pour les gens qui, ô honte, l'accompagnent sur cette galette: Phil Lynott et Steve Mariott (magistral "daddy rollin stone"!), Chrissie Hynde et Cook et Jones des Pistols....

fireball
Langue pendue

Nombre de messages : 62
Date d'inscription : 07/04/2005

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Johnny Thunders & the Heartbreakers

Message  Yves Gitton le Dim 4 Fév - 22:25

fireball a écrit:
Lee Harvey Oswald a écrit:Sans surprise j'ai voté contre.

Pour les mecs qui portent au pinacle ce disque, hé ça va sortez un peu de la torpeur de vos 15 ans en 77...
On est là pour parler de la valeur musicale d'un disque, pas d'une mythologie surranée...

Et cet album c'est quoi ? Rien que du vide, des rythmes, une guitare qui essaie très maladroitement de repomper les accords de Chuck Berry dans un contexte crassouilleux (meme les Beach Boys circa 62 y arrivaient mille fois mieux), bref quelques suites d'accords à la gratte, des lignes de basse, du n'importe quoi, rien que de l'agitation vaine...
Trop défoncés et sans aucun talent musical pour créer sinon des mélodies, du moins donner un peu d'ampleur à leurs morceaux...

Pourquoi ces mecs ont ils fait de la musique ?

Heureusement que tout de suite après sont apparus tous ces merveilleux groupes de post punks pour désinfecter tout ça...Tous les Pere Ubu, Public Image Limited, The Fall, This Heat, les Stockolm Monsters, Wire, etc et leurs propositions musicales magnifiques.

Le vrai dandysme punk ? Peter Perrett, le leader des Only Ones, authentique songwriter et vrai musicien lui, comme par hasard qui n'a jamais voulu se mouiller avec les autres punks et se tournait déja en 77 vers les glorieuses années 60 (notamment avec une fixation pour le Bob Dylan et son Blonde On Blonde).

Aujourd'hui, Johnny Thunders n'est cité comme référence par aucun groupes anglo-saxons ou américains...Meme Pete Doherty dans ses interviews ne jure que par Mark E. Smith et Burt Bacharah.
...désinfecter?! Désinfecter quoi?! Tu n'aimes pas Thunders, c'est ton droit, mais "désinfecter" (très à la mode, non?) comme argument de démontage, c'est un peu limite...!
Toujours est-il que Thunders, malgré une production ponctuée d'albums gauches, bâclés, maladroits ou ratés, nous a tout de même laissé en héritage quelques joyaux binaires bien jouissifs. Et là, je ne te parle pas de torpeur de mes 15 balais en 77, mais de mes 15 balais en 73! En compagnie de Johansen et de Sylvain Sylvain, ce mec a quand même gravé (et composé) l'un des plus formidables albums de vrai Rock'n'Roll(l'album éponyme des poupées du Bronx)! Ravagé par des riffs comme Keith Richards n'en a jamais craché et lacéré par des chorus dantesques, cet album (avec Thunders, donc!) est, que tu le veuilles ou non, resté une référence absolue pour tous les punks (et assimilés..) qui suivirent; des Pistols (et donc de PIL) aux Clash en passant par Sham 69 et autres Pere Ubu!
De plus, à l'écoute de son album le plus abouti, "So alone" en 78, dire que ce mec n'a aucun talent d'artificier et de mélodiste, c'est à pisser de rire...ou de honte! "Ask me no questions", daddy rollin stone", "London boy" ou "downtown" suffisent à démonter le moindre de tes arguments....sans commentaires, donc!
J'ai lu que tu accusais Thunders d'avoir entraîné un tas de gosses dans le sillage de l'héro, ok, mais alors, plus de la moitié des musicos de la première tranches des seventies sont co-responsables! De toutes façons, Thunders reste, avant tout, une victime de la came, au même titre que tous les gamins qui le suivirent...
Et, pour en finir avec ces conneries, tu te demandes ce que fait ce mec dans le monde de la musique...tu te poses certainement la même question pour les gens qui, ô honte, l'accompagnent sur cette galette: Phil Lynott et Steve Mariott (magistral "daddy rollin stone"!), Chrissie Hynde et Cook et Jones des Pistols....

applaudissements

Yves Gitton
Langue pendue

Nombre de messages : 961
Localisation : OISE
Date d'inscription : 02/06/2005

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Johnny Thunders & the Heartbreakers

Message  Lee Harvey Oswald le Lun 5 Fév - 14:41

Hé on peut émettre un avis subjectif ici sur un disque meme avec une grande mauvaise foi et de l'exagération sans se faire traiter de nazi ou de gros con ?

A la bonne heure va, ce genre de posts balancés derrière l'écran d'un ordinateur ne m'apparait que maculés de chiures de mouches.

Alors je le redis rien que pour le plaisir d'imaginer le visage crispé de certains quand ils liront ça meme pour deux secondes, je trouve le disque des Heartbreakers nul.

Nul = qui ne vaut rien, zéro, inexistant, caduc (définition du Petit Robert).

Lee Harvey Oswald
Langue pendue

Nombre de messages : 1941
Localisation : Dallas
Date d'inscription : 23/04/2006

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Johnny Thunders & the Heartbreakers

Message  fireball le Lun 5 Fév - 16:35

Lee Harvey Oswald a écrit:Hé on peut émettre un avis subjectif ici sur un disque meme avec une grande mauvaise foi et de l'exagération sans se faire traiter de nazi ou de gros con ?

A la bonne heure va, ce genre de posts balancés derrière l'écran d'un ordinateur ne m'apparait que maculés de chiures de mouches.

Alors je le redis rien que pour le plaisir d'imaginer le visage crispé de certains quand ils liront ça meme pour deux secondes, je trouve le disque des Heartbreakers nul.

Nul = qui ne vaut rien, zéro, inexistant, caduc (définition du Petit Robert).
...hé...hé...!Vexé, le gars?!
Tu vois, a force d'explications, ta prose devient quelque peu tolérante: ce n'est plus Thunders que tu trouves nullissime, mais le disque des Heartbreakers( et là, je suis d'accord avec toi!)! Ce n'est plus tout a fait le même propos...et ça me soulage.
Et puis, ne t'inquiètes pas pour la crispation des mandibules, un p'tit shoot d'héro et un rail de coke...et ça ira! Bon voyage...

fireball
Langue pendue

Nombre de messages : 62
Date d'inscription : 07/04/2005

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Johnny Thunders & the Heartbreakers

Message  Lee Harvey Oswald le Lun 5 Fév - 22:48

et là je suis d'accord avec toi

Houlà tu vas t'attirer les foudres du fan de rock progressif refoulé (sa prose filandreuse et ses longues digressions souvent I don't want that doivent avoir un rapport avec une passion dissimulée pour Yes). Mr. Green

Non mais Fireball j'ai rien contre Johnny Thunders et les autres chutes de vaisselles punks (Stiv Bators, Richard Hell) mais disons que je préfère d'autres athlètes de la douleur dans l'Histoire de cette Musique.

Lee Harvey Oswald
Langue pendue

Nombre de messages : 1941
Localisation : Dallas
Date d'inscription : 23/04/2006

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Johnny Thunders & the Heartbreakers

Message  Contenu sponsorisé Aujourd'hui à 5:21


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Page 2 sur 2 Précédent  1, 2

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum