Topic BISTROT

Page 14 sur 14 Précédent  1 ... 8 ... 12, 13, 14

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Re: Topic BISTROT

Message  milbart le Ven 15 Juin - 13:25

Élémentaire mon cher LHO ! study

Non mais c'est très pertinent, c'est clairement un conte de Noël, oui...ce qui va très bien à Kubrick dans la mesure où cela lui permet encore une fois d'assurer des merveilles techniques en terme de photographie. En fait, c'est un peu Charles Dickens + les fesses de Nicole Kidman (doublée ?) = Eyes Wide Shut.

D'ailleurs, Shining n'était pas, lui aussi, un conte de Noël ? Bon, je sors.

Blague à part, je ne critique pas les dialogues, ou l'histoire, ou son traitement, ou le jeu des acteurs (Cruise n'a pas à prouver qu'il est bon, là encore il faudrait m'expliquer pourquoi on le trouve mauvais acteur, tellement mauvais par ailleurs que Kubrick, De Palma, Spielberg, Scorsese, Stone, Mann et Coppola l'ont engagé, mais quel nul ce Cruise !) mais la froideur de l'ensemble (qui ressort autant sur le fond, qu'encore davantage sur la forme !) me fait dire que la secte anti-Kubrick n'a pas finit de faire des petits.

-Pfou, quel surestimé ce Kubrick. Son univers est tellement glacial. Il se préoccupe tellement de la forme qu'il ne laisse jamais la place à l'humain.
MOI: Ah, bah, je te conseille de voir Les Sentiers de La Gloire alors ! Et sur ce, je m'en vais découvrir Eyes Wide Shut.

Gloups.


Pour moi pas trop de happy end, juste ce mystérieux échange assez distant, qui se conclut sur le mot..fuck...re-gloups.

milbart
Langue pendue

Nombre de messages : 331
Age : 24
Localisation : Nantes, mais qui ca interesses??????
Date d'inscription : 28/12/2008

Voir le profil de l'utilisateur http://milbart44.unblog.fr/

Revenir en haut Aller en bas

Re: Topic BISTROT

Message  milbart le Ven 15 Juin - 13:41

Toute cette géométrie en puzzle du désir pour aboutir à une morale puritaine, la violence perturbante des fantasmes se dissoudre du côté des superficiels émois rassurants, l'infini des espaces qu'ouvre le désir se réduire ici à une partouze grotesque de nantis ?...

Joli !

Oui, je comprends bien ton ironie, car je trouve le film tellement froid (rapports humains, toutes ces petites choses) que rien ne me semble heureux, même à la fin...

C'est quand même un film intéressant sur l'art. Masques, sexualité baroque, architectures, musique...


milbart
Langue pendue

Nombre de messages : 331
Age : 24
Localisation : Nantes, mais qui ca interesses??????
Date d'inscription : 28/12/2008

Voir le profil de l'utilisateur http://milbart44.unblog.fr/

Revenir en haut Aller en bas

Re: Topic BISTROT

Message  milbart le Ven 15 Juin - 13:44

Et les peintures dans le baisoir de Sidney Pollack.
Ah, ah.
Cela dit question Arts Orange Mécanique c'est franchement riche aussi !

milbart
Langue pendue

Nombre de messages : 331
Age : 24
Localisation : Nantes, mais qui ca interesses??????
Date d'inscription : 28/12/2008

Voir le profil de l'utilisateur http://milbart44.unblog.fr/

Revenir en haut Aller en bas

Re: Topic BISTROT

Message  Lee Harvey Oswald le Ven 15 Juin - 16:08

"ironique"...oui je l'étais dans le sens ou je caricaturais les reproches que pourrait formuler un anti kubrickien...et d'ailleurs qui furent les miens lors de la première séance de "Eyes Wide Shut" [pratiquement tous les films de Kubrick sont décevants à première vision].

Parce qu'à vrai dire je l'aime assez bien ce film...Il faudrait que je le revoie pour étayer ma position en désignant la richesse des rimes visuelles, les incongruités ironiques, sa discrète réflexion sur son art (pas un hasard si un des maîtres du jeu est joué par un metteur en scène, Sydney Pollack), sa manière par les moyens du cinéma de piéger derrière la profondeur de l'écran les lignes de fracture du couple sous le côté lisse du récit, l'attrait d'émotions insoupçonnées-insoupçonnables, un tremblement de l'esprit...enfin tout ce qui contribue à densifier un film d'apparence narratif décevant.

Ceci dit, comme film testament, je préfère encore "Les Gens de Dublin" de John Huston...Il ne se passe sur le plan du récit absolument rien pendant les 1h20 de la projection...Pourtant un des films que je porte le plus haut dans mon panthéon.

Lee Harvey Oswald
Langue pendue

Nombre de messages : 1941
Localisation : Dallas
Date d'inscription : 23/04/2006

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Topic BISTROT

Message  milbart le Ven 15 Juin - 21:22

De la même manière que certains sont inégaux.
Quand je repense à Full Metal Jacket, tout de suite me vient à l'esprit son ahurissante première partie, et cette scène finale mythique, j'accroche, disons, un peu moins au reste du film...2001, Shining, ces œuvres méritent d'y revenir...

En terme de films pas tout à fait envisageables dans leur caractère inégalable dès la première vision, trois œuvres, d'emblée, me viennent à l'esprit, trois œuvres assez inoubliables, complexes, autant vectrices de répulsion que de fascination. Déjà je te citerai deux Cronenberg: Videodrome et Crash, deux films que, afin d'éclaircir mes pensées, j'ai du revoir une deuxième fois presque aussitôt, pour être certain de ce que j'ai vu comme de la manière dont j'ai vu ces choses...la vision et la perception...Crash, encore une audace cronenbergienne qui propose un dilemme: si tu ne l'aimes pas en la considérant comme un vulgaire film de boules, tu n'as rien compris à l'art, si tu l'aimes, on croit que tu es abonné aux Inrocks.

Quel monde, quel monde, hein, mon cher LHO ? rambo

(j'espère que tu n'es pas abonné aux Inrocks et que tu ne le prends pas mal)
(j'espère tout court que tu n'es pas abonné aux Inrocks)

Et la troisième œuvre en question c'est donc Scarface, j'ai du le regarder trois fois, le parcourir, le subir, l'analyser par cœur presque, le ressentir, pour l'envisager dans toute sa force.
C'est une sacrée bête, ce film, un sacré morceau.

Et évidemment il y a Les Rats de Manhattan.

milbart
Langue pendue

Nombre de messages : 331
Age : 24
Localisation : Nantes, mais qui ca interesses??????
Date d'inscription : 28/12/2008

Voir le profil de l'utilisateur http://milbart44.unblog.fr/

Revenir en haut Aller en bas

Re: Topic BISTROT

Message  Lee Harvey Oswald le Sam 16 Juin - 6:14

"Crash" un vulgaire film de boules ?...La démence charnelle de la recherche de la jouissance sexuelle au moment de se crasher avec sa bagnole au même niveau donc que le fantasme d'une double péné ?...
Avec tous les mateurs de boulards en quête de perversions tordues, je comprendrais alors mieux les chiffres alarmants de la Sécurité Routière...tongue

Sérieux si tous les divertissements graveux proposaient à travers un même ballet géométrique figé dans des images esthétiquement glacées une qualité de réflexion similaire sur la blessure secrète d'une civilisation obsédée par la technologie et de plus plus étrangère à l'amour et à l'amitié, sur le malaise d'une société ou la sincérité des rapports humains s'abolit en fuite prosaique au bout du désespoir, j'en materais plus souvent des films de cul...

Sinon je te rassure, j'ai jamais voter à Gauche de ma vie, alors m'abonner au journal officiel de la Gauche socio libéral...affraid
Et puis les Inrocks, ça doit être le genre à louer "le rayonnement culturel du génie français" à travers le glandulaire Christophe Honoré ? tongue


Lee Harvey Oswald
Langue pendue

Nombre de messages : 1941
Localisation : Dallas
Date d'inscription : 23/04/2006

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Topic BISTROT

Message  milbart le Sam 16 Juin - 12:59

Plus souvent ? Bah, deux par jour, c'est déjà bien hein !

kngt

Oui, ou quand le traditionnel baiser hollywoodien se transforme en bonne vieille sodomie clean de notre ère nouvelle, éloignée des orgies romaines de Caligula et plus proche du moteur d'une Mercedes.
La scène finale est superbe...j'ai conseillé tellement de déviances transcendantes (ou non) à mes potes que j'hésite sérieusement à leur proposer Crash. C'est certainement un film qu'il faut voir tout seul...pour mieux se laisser hypnotiser, englober, cérébraliser.
Ou en famille, à Noël !

Hum, par contre, moi je lis couramment Les Cahiers et Positif. Les Cahiers bénéficie d'une "nouvelle vague" de critiques assez jeunes qui donnent un peu de punch et d'idées à cette entreprise vieille comme le monde (ce qui est pas mal pour la diversité et l'éclectisme). D'ailleurs dans le dernier il y a une sorte d'encart Serge Daney...

Cela dit, entre Les Inrocks et Le Figaro, politiquement opposés, je ne saurais vraiment pas quoi choisir.
Aucune question de politique mais de...euh...d'intérêt ?

milbart
Langue pendue

Nombre de messages : 331
Age : 24
Localisation : Nantes, mais qui ca interesses??????
Date d'inscription : 28/12/2008

Voir le profil de l'utilisateur http://milbart44.unblog.fr/

Revenir en haut Aller en bas

Re: Topic BISTROT

Message  Lee Harvey Oswald le Dim 17 Juin - 3:58

Les Cahiers du Cinéma je suis toujours passé à côté...Le problème avec cette revue c'est que la frontière est poreuse avec les prophétiques applications filmologiques enseignées dans les Universités...Les critiques de films insinuées d'un ferment de sémiologie ou de savantes leçons sur la structuralité, enfin le genre de solipsisme bavard qui va t'appliquer la phénoménologie d'Heidegger sur les films d'Howard Hawks, je trouve cela lourdingue au possible...
A cet onanisme frénétique, je préfère bien plus les geeks de Mad Movies et la coolitude de leurs articles pour parler du cinéma bis...En plus leurs articles sont en général suffisamment bien tournés pour te donner envie de te procurer en fraude sur le net le film obscur dont ils parlent. tongue

Lee Harvey Oswald
Langue pendue

Nombre de messages : 1941
Localisation : Dallas
Date d'inscription : 23/04/2006

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Topic BISTROT

Message  Lee Harvey Oswald le Dim 17 Juin - 4:12

Et au fait pourquoi ta prévention au sujet des Inrocks ?...Moi perso leur propagande officielle gauchiste qui vire au bolchoboisme odorant m'empêchera toujours de dépenser le moindre euro pour cette revue mais leurs pages cinéma ne me paraissent pas si ridicules que ça, si ?...Il me semble que leur responsable cinéma c'est Jean Marc Lalanne...Je me rappele avoir lu de lui il y a un temps une monographie intéressante sur Jean Cocteau...Puis il me semble qu'y écrit aussi Axelle Ropert, j'aimais beaucoup sa prose dans une autre revue de cinéma plus confidentielle.

Lee Harvey Oswald
Langue pendue

Nombre de messages : 1941
Localisation : Dallas
Date d'inscription : 23/04/2006

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Topic BISTROT

Message  milbart le Dim 17 Juin - 12:28

Ah, mon petit, c'est là que nos chemins se séparent...

Sinon, tu penses quoi du cinéma de Fassbinder ?

Ma grosse révélation du moment, durant ce cycle Arte...

milbart
Langue pendue

Nombre de messages : 331
Age : 24
Localisation : Nantes, mais qui ca interesses??????
Date d'inscription : 28/12/2008

Voir le profil de l'utilisateur http://milbart44.unblog.fr/

Revenir en haut Aller en bas

Re: Topic BISTROT

Message  milbart le Dim 17 Juin - 12:33

D'ailleurs j'ai écrit quelques petites impressions à chaud à propos des Larmes amères de Petra von Kant, que j'ai adoré...(http://cineklectic.wordpress.com/2012/06/16/impressions-a-propos-des-larmes-ameres-de-petra-von-kant-de-rainer-werner-fassbinder/)

A ton aise !

milbart
Langue pendue

Nombre de messages : 331
Age : 24
Localisation : Nantes, mais qui ca interesses??????
Date d'inscription : 28/12/2008

Voir le profil de l'utilisateur http://milbart44.unblog.fr/

Revenir en haut Aller en bas

Re: Topic BISTROT

Message  Lee Harvey Oswald le Dim 17 Juin - 17:54

milbart a écrit:(http://cineklectic.wordpress.com/2012/06/16/impressions-a-propos-des-larmes-ameres-de-petra-von-kant-de-rainer-werner-fassbinder/)

"Or, l’émotion, n’est-ce pas ce que tous recherchent dans le cinéma ?"

T'es sur que c'est les Cahiers que tu lis et pas Studio Ciné Live ? Mr. Green

C'est dommage que ta critique se clôture par une de ces accroches dont se sert le marketing pour faire vendre des tickets de cinoche car tu as bien deviné par ailleurs que tout au contraire du pittoresque répugnant, ce film de Fassbinder est une confession romantique, une suppliciation génératrice d'une fureur fraternelle et que l'obscénité et le pathos qui envahissent l'écran, qui ne peuvent gêner que des spectateurs prisonniers du premier degré, sont indispensables pour piéger l'inexprimable des sentiments...

Aux Cahiers du Cinéma, ils auraient conclu ton article plutôt par cela : "Comme rarement au Cinéma, nous avons assisté à l'investisement de la création par les énergies les plus intimes d'un grand créateur, lancé comme à corps perdu vers le discours habituellement proféré sur le divan du psychanalyste".


Lee Harvey Oswald
Langue pendue

Nombre de messages : 1941
Localisation : Dallas
Date d'inscription : 23/04/2006

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Topic BISTROT

Message  milbart le Dim 17 Juin - 19:09

Sans vouloir te vexer, je pense que tu n'as pas ouvert un Cahiers depuis mai 68.

Mr. Green

Cela dit c'est juste un avis à chaud, pas une analyse en soit...je ressens chez Fassbinder cette émotion débordante qui ne débarque que par la douleur, l'effusion des dialogues, le sacrifice des acteurs, la crudité des gestes et des actes parfois, verbaux ou physiques...
C'est pour cela qu'adapter Fassbinder doit être ardu, c'est comme plagier Gus Van Sant, il faut tenter de copier plus ou moins ce style unique...

Bon, allez, LHO, en parlant de confession romantique, n'oublie pas que ton film culte est ce soir diffusé à la télévision: Pretty Woman, de Gary Marshall !

milbart
Langue pendue

Nombre de messages : 331
Age : 24
Localisation : Nantes, mais qui ca interesses??????
Date d'inscription : 28/12/2008

Voir le profil de l'utilisateur http://milbart44.unblog.fr/

Revenir en haut Aller en bas

Re: Topic BISTROT

Message  Lee Harvey Oswald le Dim 17 Juin - 20:06

milbart a écrit:Bon, allez, LHO, en parlant de confession romantique, n'oublie pas que ton film culte est ce soir diffusé à la télévision: Pretty Woman, de Gary Marshall !

Hé ho jeune Palawan tu m'imagines n'assister cérémonieusement chaque soir qu'à des séances de Bergman ou de Bela Tarr ou quoi ? tongue

Il m'arrive d'alterner avec ce genre de guimauve hollywoodienne...Y'a toujours dans ce genre de navetons un moment, un regard, un dialogue, un plan, une respiration ou tu écarquilles les paupières en te demandant "ben merde qu'est ce qu'il nous fait là ?" drunken

Ceci dit, quand t'arriveras à ta découverte de la filmographie de Bergman, reviens me voir ici, j'ai plein de choses passionantes à écrire sur ce cinéaste...tongue

Lee Harvey Oswald
Langue pendue

Nombre de messages : 1941
Localisation : Dallas
Date d'inscription : 23/04/2006

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Topic BISTROT

Message  milbart le Lun 18 Juin - 20:29

Dans le genre Le Mariage de mon Meilleur ami c'est un peu le haut du panier. Pretty Woman c'est un film charmant qui se réfère au grand Hollywood des années cinquante (jusqu'à l'explicite dernière scène: tout est possible à Hollywood) mais qui propage surtout un air de fin des années quatre-vingt...c'est le dernier gros film de cette période je pense (sorti en 90 !). Ca suinte les années quatre-vingt, par la réalisation, le montage, le scénario...intéressant.

Et sinon mon bon LHO, j'ai déjà vu Saraband et Les Fraises Sauvages...

milbart
Langue pendue

Nombre de messages : 331
Age : 24
Localisation : Nantes, mais qui ca interesses??????
Date d'inscription : 28/12/2008

Voir le profil de l'utilisateur http://milbart44.unblog.fr/

Revenir en haut Aller en bas

Re: Topic BISTROT

Message  milbart le Lun 18 Juin - 20:32

Tu peux te demander ce qu'un cinéaste comme Abel Ferrara aurait fait d'un tel scénario. Une pute. Qui découvre le chic d'un gros businessman aux allures de gigolo. Et dépense durant tout un film des montagnes de thunes. Comment elle va s'affirmer derrière sa condition, comment le mec profite d'elle, comment, comment, comment...


Les quartiers pourris remplis de dealers sales et de prostituées galeuses, les beaux quartiers de riches cocaïnomanes, la violence, le sexe, la drogue, le sang.

milbart
Langue pendue

Nombre de messages : 331
Age : 24
Localisation : Nantes, mais qui ca interesses??????
Date d'inscription : 28/12/2008

Voir le profil de l'utilisateur http://milbart44.unblog.fr/

Revenir en haut Aller en bas

Re: Topic BISTROT

Message  milbart le Lun 18 Juin - 20:37

Puis bon se dire spectateur de ces guimauves en les traitant simultanément de navetons, je trouve tout cela un peu paradoxal kuli
La comédie romantique (post_grande époque, je te parle des Richard Curtis, Gary Marshall, Quand Harry Rencontre Sally, quelques Woody Allen, PJ Hogan, 500 Jours Ensemble et compagnie) reste un genre franchement attirant qui peux donner de très bonnes choses...de toute manière je suis très grand public face à ce genre de films.
Il faudrait faire une thèse sur la comédie romantique post-Billy Wilder.

milbart
Langue pendue

Nombre de messages : 331
Age : 24
Localisation : Nantes, mais qui ca interesses??????
Date d'inscription : 28/12/2008

Voir le profil de l'utilisateur http://milbart44.unblog.fr/

Revenir en haut Aller en bas

Re: Topic BISTROT

Message  Lee Harvey Oswald le Mar 19 Juin - 3:24

Dis moi mon petit Milbart, quel cours d'école d'apprentissage fréquentes tu pour être passé sur ce forum de premiers posts d'adolescent boutonneux impressionné par des pellicules pour geeks du samedi soir genre "Blair Witch" à tes messages actuels ou se déversent les grands noms de la cinéphilie passés et actuels...Abel Ferrara, Cronenberg, Van Sant, Fassbinder, Wilder...?

J'ai rarement vu telle ascension culturelle dans un laps de temps si réduit. tongue

Lee Harvey Oswald
Langue pendue

Nombre de messages : 1941
Localisation : Dallas
Date d'inscription : 23/04/2006

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Topic BISTROT

Message  milbart le Mar 19 Juin - 14:30

Mouarf !

Un apprentissage tout bête, écriture(s), visionnages, lectures diverses et enrichissantes.
Sinon, Maria Braun c'est un portrait de femme que ne renierait pas Paul Verhoeven je trouve...est-il utile de souligner que, d'un point de vue formel, c'est sublime ? (et dans le fond, c'est du Fassbinder, donc forcément percutant)

En parlant de Ferrara je ressors déçu de China Girl: ces morceaux, ces éclairages, tout cela à un ton particulier (daté, diront les mauvaises langues) pas désagréables, mais la fracassante version moderne promise de Roméo et Juliette au pays de Ferrara (violence déchirante jusqu'à l'absurde, sexe, ambiance quasi-apocalyptique, il faut voir Bad Lieutenant et en ressortir vivant) n'est pas vraiment au rendez-vous. Il en reste un plan final de mise en scène fofolle comme Ferrara sait bien les faire, un travelling-avant tordu qui m'a un peu réveillé...Comment se prendre d'autres baffes après Bad Lieutenant et King of New York ?

D'ailleurs je cause, je cause, mais j'oublie de te demander ton avis sur un de mes cinéastes préférés: John McTiernan. Sa mise en scène révolutionnaire et très européenne, dans le fondamental Piège de Cristal et l'incroyable Die Hard 3 (pour comprendre quelques unes des influences du maestro il suffit d'admirer cette réalisation héritée de la Nouvelle Vague, où influences européennes se mélangent à l'entertainment ultra-efficace américain !), ses oeuvres mythiques tel que Predator, le généreux autant que réflexif Last Action Hero (tiens, qui débarque à la fin, ne serait-ce pas un personnage bergmanien ?), ou encore un film modeste mais doté d'une vraie compréhension du langage de l'image tel que Basic...et puis, Thomas Crown, remake, mais film à part, dédié au chic dans tous ses aspects: érotisme joli, beaux costumes, intrigue absurde car vide et seulement destinée à laisser la place au beau, à l'Art en fait, en mélangeant le flegme british de Pierce Brosnan, son personnage d'Arsène Lupin, le sens du divertissement américain, tout cela...dans un décor d'art impressionniste ! (!!). Une certaine idée du cinéma de McTiernan.

Et et il y a aussi un autre remake différent de l'original, proche du Starship Troopers de Verhoeven, soit son Rollerball, film charcuté furax comme énervant, qu'on adore et qu'on déteste pour les mêmes raisons, à la fin barbare, véritable siège de gladiateurs, aux idées formelles audacieuses, casse-gueules, faites pour êtres détestées. Je suis curieux de connaître ton avis sur ce cinéaste très, très intéressant. On lui parle de film à twists pour Basic et il répond par l'absurde de Ionesco !

Et pour votre gouverne monsieur, je n'avais pas aimé Tony Blair Witch !

tongue

milbart
Langue pendue

Nombre de messages : 331
Age : 24
Localisation : Nantes, mais qui ca interesses??????
Date d'inscription : 28/12/2008

Voir le profil de l'utilisateur http://milbart44.unblog.fr/

Revenir en haut Aller en bas

Re: Topic BISTROT

Message  Contenu sponsorisé Aujourd'hui à 11:08


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Page 14 sur 14 Précédent  1 ... 8 ... 12, 13, 14

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum