un inédit de Rimbaud

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

un inédit de Rimbaud

Message  walpurgis le Ven 25 Avr - 6:50

On a retrouvé un inédit de Rimbaud, un article paru dans un journal ardennais de 1870.


Le rêve de Bismarck


(Fantaisie)

C'est le soir. Sous sa tente, pleine de silence et de rêve, Bismarck, un doigt sur la carte de France, médite ; de son immense pipe s'échappe un filet bleu.
Bismarck médite. Son petit index crochu chemine, sur le vélin, du Rhin à la Moselle, de la Moselle à la Seine ; de l'ongle, il a rayé imperceptiblement le papier autour de Strasbourg : il passe outre.
A Sarrebruck, à Wissembourg, à Woerth, à Sedan, il tressaille, le petit doigt crochu : il caresse Nancy, égratigne Bitche et Phalsbourg, raie Metz, trace sur les frontières de petites lignes brisées, — et s'arrête…
Triomphant, Bismarck a couvert de son index l'Alsace et la Lorraine ! — Oh ! sous son crâne jaune, quels délires d'avare ! Quels délicieux nuages de fumée répand sa pipe bienheureuse !…
Bismarck médite. Tiens ! un gros point noir semble arrêter l'index frétillant. C'est Paris.
Donc, le petit ongle mauvais, de rayer, de rayer le papier, de ci, de là, avec rage, — enfin, de s'arrêter… Le doigt reste là, moitié plié, immobile.
Paris ! Paris ! — Puis, le bonhomme a tant rêvé l'œil ouvert, que, doucement, la somnolence s'empare de lui : son front se penche vers le papier ; machinalement, le fourneau de sa pipe, échappée à ses lèvres, s'abat sur le vilain point noir…
Hi ! povero ! en abandonnant sa pauvre tête, son nez, le nez de M. Otto de Bismarck, s'est plongé dans le fourneau ardent… Hi ! povero ! va povero ! dans le fourneau incandescent de la pipe…, Hi ! povero ! Son index était sur Paris !… Fini, le rêve glorieux !
Il était si fin, si spirituel, si heureux, ce nez de vieux premier diplomate ! — Cachez, cachez ce nez !…
Eh bien ! mon cher, quand, pour partager la choucroute royale, vous rentrerez au palais

(lignes manquantes)

Voilà ! fallait pas rêvasser !
Jean Baudry

(pseudo de Rimbaud)

J'aime bien l'allusion à Molière. "Cachez ce sein que je ne saurais voir"...

walpurgis
Langue pendue

Nombre de messages : 608
Date d'inscription : 08/04/2005

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: un inédit de Rimbaud

Message  Hugues le Ven 25 Avr - 12:13

L'ensemble paraît bien vieillot vu d'aujourd'hui, mais ce qui est frappant, c'est le style que, personnellement, j'aurais reconnu tout de suite si j'étais tombé dessus...

Le thème est celui de Rages de Césars, sonnet que Rimbaud avait écrit à la même époque (non daté, mais situé vers octobre 70 par les spécialistes, historiens, graphologues, etc), et le ton, la façon d'écrire sont tout-à-fait réminiscents de ses poèmes d'alors.

Ne serait-ce que la prosodie de la première phrase, dont le rythme me rappelle Le Dormeur du Val:

"C'est le soir. Sous sa tente, pleine de silence et de rêve, Bismarck, un doigt sur la carte de France, médite ; de son immense pipe s'échappe un filet bleu."

Cette tente "pleine de silence et de rêve" nous montre combien la plume est jeune, c'est celle des Poètes de Sept Ans, ce magnifique poème qui nous rappelle que la poésie a un rapport avec l'Enfance, la faculté d'être profondément Enchanté, que nous avons tous oubliée...

Pour le reste, Rimbaud partage son idéalisme et son engagement politique de l'époque, et ça, moi ça m'est toujours passé au-dessus. C'est pas le thème qui me captive, c'est la plume, son élan, sa vie, son charme et sa force en trois dimensions...

Hugues
Langue pendue

Nombre de messages : 10810
Age : 47
Localisation : Manosque
Date d'inscription : 05/04/2005

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum