Numéro 56 - Eté 2007 ( disponible le Vendredi 13 )

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Numéro 56 - Eté 2007 ( disponible le Vendredi 13 )

Message  Frenchy le Mar 10 Juil - 11:58

Brazil connection

Bip bip… tût tût… zwing zwing… Patacloug Rictoulouing…


Vil faquin que je suis, je me moque assez régulièrement – et avec un acharnement pire que la plus gratuitement virulente des railleries d’une hyène rieuse sous acide – de nos chères maisons de disques. Aujourd’hui, tête baissée, morgue ravalée, honte à moi, je l’avoue, j’abdique, je confesse : ce n’est pas bien !… Bouh, vilain Goof, pas bô tout plein !… Surtout que, tout perdus dans leur petite crise existentialiste, à défaut d’être économique, nos labels chéris brainstormisent à tout crin, anticipent le piratage mondialisé, vilipendent les terroristes numériques potentiels, se préparent aux assauts d’hackers plus sournois chaque jour, bref font tout plein d’efforts vachement louables. Le principe de base est simple : nous sommes tous présumés coupables ! Vous, moi. Surtout moi, d’ailleurs. Parce que nous, qui faisons des magazines, sommes forcément des plaques tournantes de piratage à l’échelle intergigalactique. Heureusement, personne à la rédaction de Crossroads ne porte la barbe, ouf !
C’est ainsi que les majors et quelques autres parano-gogos du copiage-collage-pompage-etceterage, ont trouvé une foultitude de parades d’une exemplarité totale. La plus courante : faire fabriquer (ça coûte évidemment une fortune !) des disques watermarkés, même que, si une copie du disque est faite, c’est vous le vilain et, pas même le temps de prendre votre brosse à dents que vous irez croupir direct à Fleury-Mérogis. Bon. Pourquoi pas ? Sauf que ces disques nous sont envoyés dans des courriers « normaux », ce qui, quand on connaît le nombre de colis « égarés » par nos amis des services postaux chaque année, prête déjà à sourire. L’autre truc, c’est qu’un disque avec marqué Da Goof dessus ; et bien, forcément, je le garde ou… je le casse en mille morceaux et je le fous à la benne. Je ne vais surtout pas l’envoyer à un autre gugusse de la rédaction et casser des cailloux ad vitam eternam par sa faute, vous pensez ; vous avez vu leurs trombines aux Frenchy, Francis Rateau & co, tous des multi-récidivistes irrécupérables !…
Un autre système ayant tendance à se démocratiser : le téléchargement sur un site avec tout plein de codes compliqués ou, encore plus pointu dans l’avant-gardisme anti-piratage, l’écoute provisoire, sur internet. Hop, t’as entendu mes chansons. Tant mieux, a’pu les chansons, pa’ties !… Même pas le temps d’aller pisser entre deux… Ces disques-là non plus, nous ne les chroniquons pas (dans ces conditions, tout du moins). Pendant un temps, on s’était dit qu’on ferait des efforts, en écrivant de beaux articles parfumés à la lavance, par exemple sur le graphisme du site, son ergonomie, tout ça, mais on s’est dit que ça vous gaverait assez rapidement.
Encore plus fort (si si), il existe des CDs promo sur lesquels, toutes les minutes environ, une jolie voix vient vous rappeler que « vous êtes en train d’écouter le nouvel album de Machin, propriété de Bidule records et que faire des copies sans l’autorisation papale en trois exemplaires, n’oubliez surtout pas le formulaire B-28 à faire tamponner au septième étage », etc. Bon, OK. On chronique quoi, là ? Le mix de la voix monocorde ??… Mais ce n’est pas tout, le paroxysme du portnawak généralisé est atteint avec les disques où ne figurent que les trente premières secondes des morceaux. Là, vous avez pigé, on ne se marre même plus, on est carrément accroché aux rideaux en train de se prendre pour Capitaine Crochet ayant un crocodile aux fesses (désolé, mes enfants font les cons à côté, c’est la première idée qui m’est venue à l’esprit), et on finit avec une grosse piquouse dans le postérieur, dans une jolie pièce toute blanche, avec de gentilles infirmières toutes attentionnées rien que pour soi.
Mais nous autres crossroadiens sommes des vieux de la vieille ; on connaît la chanson, quoi ! Aussi restons-nous retranchés dans notre bastion inviolable sis en Auvers-la-Gaillarde, préservés que nous demeurons, par Sainte Tassadit, la déesse des éditos foireux et des idées branques… Méfiance, méfiance, il ne fait pas bon mettre ses oreilles dehors, par les temps qui courent… Et puis, cloîtrés dans nos jolis bureaux colorés, dans cette tour d’ivoire, nous n’avons nous-mêmes pas trouvé mieux que de créer notre page myspace, même qu’elle est trop zolie-zolie. Allez-y (www.myspace.com/banditscompany), on vous y réserve quelques surprises… Oui, tout ça pour ça !…

Christophe Goffette
www.myspace.com/christophe_goffette

Frenchy
Rang: Administrateur

Nombre de messages : 1382
Date d'inscription : 01/04/2005

Voir le profil de l'utilisateur http://www.myspace.com/foolmoon75

Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum