Dylan Modern times

Page 5 sur 5 Précédent  1, 2, 3, 4, 5

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Re: Dylan Modern times

Message  Yann G. le Ven 27 Avr - 18:58

ça a du le faire, grave !!!

Yann G.
Langue pendue

Nombre de messages : 900
Date d'inscription : 09/05/2005

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Dylan Modern times

Message  Yann G. le Ven 27 Avr - 19:25

Helena a écrit:(petite info, si vous ne le savez pas encore : Dylan et le Parliament - Funkadelic enregistre en studio depuis deux ou trois mois entre deux tournées... AIE AIE AIE!!!)

Tu la tiens d'où cette info ???
Parce que moi qui traîne souvent sur Expecting Rain, je n'ai tout simplement jamais entendu parler de cela.

Yann G.
Langue pendue

Nombre de messages : 900
Date d'inscription : 09/05/2005

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Dylan Modern times

Message  Lee Harvey Oswald le Ven 27 Avr - 23:13

Moi ça ne m'étonne pas...Un meme gout pour la génuflexion. (private joke). bom

Lee Harvey Oswald
Langue pendue

Nombre de messages : 1941
Localisation : Dallas
Date d'inscription : 23/04/2006

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Dylan Modern times

Message  Helena le Dim 29 Avr - 21:43

salute!!
Je tiens cette info d'un ami journaliste (pour rock'n'folk, Music, Funk u...) qui a rencontrer Mr CLINTON....
Voila voila... (pour plus d'info, il faut acheter Music, un nouveau mag pas difficile a trouver sur paris mais ailleurs...)
Voila!!

Helena
Bavard

Nombre de messages : 32
Date d'inscription : 25/04/2007

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Dylan Modern times

Message  Queen of Tyrus le Dim 13 Mai - 11:53

Bonjour à tous, je découvre le forum et il m'a l'air fort sympathique...

Dylan et un 45ème album? Je croyais, selon les dires d'Hugues Aufray que ça le fatiguait déjà de faire modern times, qu'il n'avais aucun inspiration (voyez vous ça) et que c'était la der des der...Pourtant je confirme l'amitié qui existe entre les deux hommes: étant à la sortie des loges à Bercy, j'ai pu voir Hugues prendre dans ses bras le Zim.
Un album si vite, après le chef d'oeuvre du mois d'aout, la branlette des critiques dessus, dylan risque de foncer dans le mur...ou de nous surprendre toujours un peu plus.
Cependant, ses cronicles V.2 ne devaient pas sortir en avril aux USA? Papy doit rester debout et achever ses 3 volumes avant de dilapider son énergie en BO de films pourris and so on. (mais papy a toujours fait ce qu'il voulait n'est ce pas?).
Pour Bercy, le concert était superbe, comme toujours, mes derniers concerts de Bobby étant soit dans une fosse, soit accolée à la barrière, le côté torticoli à gauche, le cul scotchée à une chaise façon Céline Dion à Las Vegas, m'a vraiment frustrée, et puis quelle ponctualité M.Dylan! Le concert commençait alors qu'il y avait encore des centaines de personnes dehors... sait-il seulement dans quelle ville il joue?

Queen of Tyrus
Nouveau

Nombre de messages : 6
Date d'inscription : 13/05/2007

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Dylan Modern times

Message  walpurgis le Dim 13 Mai - 12:28

The "queen" of Tyrus with their convict list ?

Et moi qui rêve d'un baiser géranium !

walpurgis
Langue pendue

Nombre de messages : 608
Date d'inscription : 08/04/2005

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Dylan Modern times

Message  Queen of Tyrus le Dim 13 Mai - 12:32

Je crois bien que tu devras te satisfaire d'une déception, tout comme la dame aux mystères, la gypsy divine, le baiser ne pourra jamais se faire...elle est déjà en fuite.

Queen of Tyrus
Nouveau

Nombre de messages : 6
Date d'inscription : 13/05/2007

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Dylan Modern times

Message  walpurgis le Dim 13 Mai - 13:36

Là j'ai du mal à suivre ! c'est trop référentiel ! ça me donne carrément le highway blues !

walpurgis
Langue pendue

Nombre de messages : 608
Date d'inscription : 08/04/2005

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Dylan Modern times

Message  Queen of Tyrus le Dim 13 Mai - 14:30

ah pardon, en fait j'ai fait une étude sur ce texte, dc il me semble un peu plus limpide qu'avt...
La dame des plaines est divinisée ds le texte, bref. vive les baisers de géranium!

Queen of Tyrus
Nouveau

Nombre de messages : 6
Date d'inscription : 13/05/2007

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Dylan Modern times

Message  walpurgis le Dim 13 Mai - 15:36

la lady en question n'est pas une gypsy, ce sont juste ses hymnes qui sont gypsy, et ses habits de couvre-feu

walpurgis
Langue pendue

Nombre de messages : 608
Date d'inscription : 08/04/2005

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Dylan Modern times

Message  Queen of Tyrus le Dim 13 Mai - 16:15

Sa ceinture est un lacet, ses hymnes sont gitans, sa mère une droguée, ses habits usées, son visage creusée,sa bouche de cow boy...
Elle est tt d'abord divinisée, puis l'extérieur (fermiers, hommes d'affaires) altèrent peu à peu sa sacralisation, elle est gypsy, puis bouc émissaire. Mais malgré cela, son charme opère tjs (Who among them do you think could resist you?)...
J'ai fait un exposé dessus, mais ma conclusion est que ce texte, un des plus intime que dylan est écrit, reste obscur,possède plusieurs facettes, la lady a plusieurs visages (géniale, victime, gypsy) et peut être que cette femme n'est finalement que l'alter égo de dylan, dylan lui mm, victime des puristes et des critiques lorsqu'il a joué à "Judas", gypsy-junky, génial et pourtant fatigué, crevé et creusé à cette époque.

Queen of Tyrus
Nouveau

Nombre de messages : 6
Date d'inscription : 13/05/2007

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Dylan Modern times

Message  walpurgis le Dim 13 Mai - 16:38

les fermiers et les hommes d'affaires la manipulent

walpurgis
Langue pendue

Nombre de messages : 608
Date d'inscription : 08/04/2005

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Dylan Modern times

Message  walpurgis le Dim 13 Mai - 16:45

Le morceau-clé. Onze minutes et dix-huit secondes ! C’est une valse très mystérieuse. Un véritable blason du corps féminin. L'histoire en est elliptique. Il y est question d'une petite prostituée campagnarde, qui s'est fait gruger par les fermiers et les hommes d’affaires.

La Dame aux Yeux Tristes est une personne doucement malheureuse... On dirait une statue de la Vierge, promenée au cours de processions votives.

Malgré son titre enchanteur et mélancolique, c’est aussi un « protest song ». Ce n'est pas seulement une belle ballade nostalgique. La loi de la jungle y règne. C’est un thème omniprésent chez l’auteur, même dans ses plus douces chansons. Cette « Lady » est un personnage cyclothimique. Si son regard est triste elle peut aussi faire preuve d'un enthousiasme enfantin ("childhood flames").

Il y a un côté mélo : des draps froids comme du métal, une rue à putes, un mari volage, de couverture de la presse « people »… Le conteur dresse un bilan négatif du passé de cette femme. Un beau paradoxe : "ton visage de sainte et ton âme de fantôme"... Elle a connu bien des malheurs…On ne sait pas ce qui lui est arrivé au juste. "Dead angels", est-ce une image liée à la drogue ou à l'avortement ? Les fermiers et les hommes d'affaires l'ont-ils transformée en junkie ? Est-ce l'histoire d'une déchéance ou les mésaventures d'une fille qui n'a pas eu de chance ? On retient surtout sa parure, fascinante, ses vêtements de couvre-feu, ses fichus de bohémienne aux couleurs indécises.

Dylan tombe souvent amoureux des victimes. Il a l’air rude comme ça, le regard incisif et tranchant, mais son cœur est plein de compassion.

C'est l'évocation d'une fille qui s'est avoir sur toute la ligne. Elle s'est fait manipuler par tout le monde. Sad Eyed Lady n'a pas eu de chance. Son jeu est incomplet. Il y manque des cartes maîtresses.

Ce personnage relève d’un type féminin préraphaélite. Ces femmes aux yeux tristes, au cou et aux mains allongées. C’est une beauté à peindre, une Ophélie. Le chanteur est surtout fasciné par sa bouche qui lui fait songer à celle d'une femme d'une époque lointaine, celle des missions des bons pères (auprès des Indiens ?). Des yeux de fumée, un regard des plus évanescents. D'autres éléments mystiques ou religieux viennent renforcer la séduction qu'exerce la "pureté" sur le poète, en particulier le timbre de sa voix dont la musicalité est extrême : il la compare au carillon d'une église. Un tableau signé Dante Gabriel Rossetti, une Sainte Vierge adolescente. Une étrangeté de tapisserie médiévale, de vitrail gothique, de sous-bois jaunissants…Tout un mystérieux coin de province…

Blonde on Blonde (B.O.B.) offre toute une palette de chansons tournant autour du sexe et du désir (I want you so bad", voilà qui est franc sans aucune ambiguïté). Mais pas ici.

Les "Lowlands" : la déprime dont souffre la lady semble liée à l’espace. Ces basses terres ne paraissent guère exaltantes. On y a le "cœur à marée basse"… Mais au troisième couplet l'espace s'élargit. Il devient mythique et méditerranéen, antique et barbare. « Les rois de Tyr » attendent leur tour comme s'ils devaient s'approcher d'une sorte d'Isis, une déesse-mère qui les régénérerait. Ils vont recevoir "your geranium kiss".

Les tyrans sont séduits, mais les fermiers tirent les ficelles…

Effusion lyrique d'un poète adorateur de la Dame, rejetée dans une certaine transcendance. Le chanteur rejoint la tradition courtoise du « canso » troubadouresque. Dylan se souvient aussi de D.H.Lawrence : Constance Chatterley, elle, est une sad-eyed lady of the Midlands. Le poète se débrouille toujours pour être à cent coudées au-dessus du lecteur ou de l'auditeur.

Quand il écrivit ce chef-d’œuvre, Dylan était encore très jeune. C'était un jeune homme de vingt-cinq ans en 1966, pas plus. Mais sa santé s'était délabrée. Il semblait au bout du rouleau. Voyez cet air traqué sur les photos. Les clichés qu'on a de lui à cette époque montrent un être chétif, hâve, inquiet, traqué. En proie à on ne sait quel mauvais rêve, quelle mauvaise dope. Vieilli avant l'âge, usé, rongé. Il avait pris quantité de drogues et chantait l'amour déçu. A vingt-cinq ans, il ressemblait à ma mère-grand ! Son air maladif, gringalet sur la pochette vaut un Carjat.


L'identité de cette Sad Eyed Lady (of the lowlands) semble en tout cas évidente : les lettres de « Sarah Lawnes » forment un logogriphe et une anagramme.

mais c'est pas tout ça, faut que j'aille tondre ma pelouse

walpurgis
Langue pendue

Nombre de messages : 608
Date d'inscription : 08/04/2005

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Dylan Modern times

Message  Queen of Tyrus le Dim 13 Mai - 17:47

Oui, j’avais lu ton commentaire sur internet, et également celui d’un américain, très complet qui part dans un trip d’alchimiste (je ne me souviens pas de son nom).

J’ai eu une autre interprétation, je ne pense pas qu’elle soit fausse, ni vraie d’ailleurs. Je crois que même Dylan lui-même ne savait peut être pas réellement où il voulait en venir, non ?
Pour ma part, j’ai vu dans ce texte, et je parle de ma subjectivité, une présentation d’une femme divine, une madone, symbole de pureté et insaisissable. Puis le poète pénètre dans son intimité, sa vision s’approche de ladite madone, le prosaïsme envahit le texte, il manque l’as et le valet, les prières (cantiques ?) deviennent des hymnes de gypsy, rug s’oppose à sheets…
D’une image de vierge (pauvreté) et de madone, le texte dérive insidieusement vers une description d’une victime (scapegoat). Dylan souvent considéré comme voleur à l’époque (voleur de textes, voleur de mélodies, cf. la polémique sur blowin’ in the wind ou encore House of the risin’ sun) s’introduit à l’intérieur de son rêve, comme prophète également.

Peut être pouvons nous interpréter ses « tambours d’Arabie », comme l’excentricité du poète, son exotisme, son coté décalé, Sara sera-t-elle prête à supporter sa folie créatrice ou doit-il s’en débarrasser (la laisser à sa porte) pour pouvoir vivre avec cette Dame des plaines ?
Le dernier couplet est, selon moi, la consécration de cette femme céleste et prosaïque à la fois. Les éléments autobiographiques (l’allusion à l’ex de Sara, photographe par exemple) sont tout à fait triviaux et c’est un Dylan parlant à sa femme qui clôt le texte.

Cependant, comme je l’ai dit, cette femme divine, au visage creusée, victime des fermiers et hommes d’affaires (mais pas complètement manipulée, car comme Moise, elle a la mer à ses pieds) et donc cette femme messie ("dylan, le nv messie"...), junkie, géniale et victime, semble à certains égards correspondre à Dylan lui-même. Cette femme aux yeux tristes n’est peut être qu’une parabole des multiples facettes de la personnalité Dylanienne. Et ne dit-on pas que les yeux du Zim sont parmi les plus expressifs ?

Mais peut être n’est ce qu’un texte qui montre la force de l’amour face au déclin physique de l’être aimé…
Il reste pour moi l’un de ses plus beau texte et ouvert à de multiples interprétations et c’est ce côté insaisissable, impossible à figer dans une explication qui me fascine.

Queen of Tyrus
Nouveau

Nombre de messages : 6
Date d'inscription : 13/05/2007

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Dylan Modern times

Message  walpurgis le Dim 13 Mai - 18:43

Le rapprochement avec Moïse est ingénieux, je n'y avais pas pensé.

C'est un texte magique. On n'a pas fini d'en faire le tour.

Il l'a écrit à NYC, au Chelsea Hotel.

Je ne connais pas l'interprétation alchimique dont tu parles, mais je pense que cet Américain s'est fourvoyé.

walpurgis
Langue pendue

Nombre de messages : 608
Date d'inscription : 08/04/2005

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Dylan Modern times

Message  Michou le Sam 18 Aoû - 12:07

Modern Times...Pour moi un bon album de Dylan, mais assurément moins bon que Love an Theft qui frisait pour moi la perfection (perfection par rapport à mes goûts personnels vous l'aurez compris). Ma préférée du disque est Ain't Talkin', superbe.

Certains trouvent la pochette particulièrement immonde. Pour moi elle est représentative du disque. Quant à ses propos sur la musique moderne, je ne peux être qu'en phase totale avec lui.

Michou
Langue pendue

Nombre de messages : 106
Date d'inscription : 18/08/2007

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Dylan Modern times

Message  Contenu sponsorisé Aujourd'hui à 23:38


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Page 5 sur 5 Précédent  1, 2, 3, 4, 5

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum